STATUE DE SADI CARNOT

> NATURE/CONSTRUCTION: 3 Statues en Bronze et socle en granit d’Écosse.

> ÉTAT: Détruite.

  • LOCALISATION

Coordonnées GPS: 44.84297, -0.57069.

Cliquez sur:

=> la CARTE:

  • PORTRAIT DE SADI CARNOT

Sadi CARNOT fut Président de la République française à la fin de 1887 jusqu'en 1894, en pleine période du boulangisme.

D'apparence austère, la barbe noire coupée en carré, avec un air de dignité qui fait la joie des chansonniers, Sadi Carnot, (né à Limoges le 11 août 1837) fait ses études au lycée Condorcet à Paris avant d'intégrer l'École Polytechnique puis l'École des ponts et chaussées. Devenu ingénieur en chef, il se singularise par certains travaux de grandes importances comme le pont qui porte son nom, à cheval entre deux départements, au-dessus du Rhône. À partir de 1871, il commence sa carrière de haut fonctionnaire, comme préfet de Seine-Inférieure, puis il occupe le poste de sous-secrétaire d'État aux Travaux publics.

En 1885, il est nommé ministre des Finances. À ce titre, il s'opposa à la demande de suppression des sous-préfets sous la pression de certains députés. Cette prise de position serait l'une des causes de la chute du gouvernement.

Il est peu connu du public lorsqu'il est élu à la présidence de la République le 3 décembre 1887, en remplacement de Jules Grévy. Ceci, dans un contexte troublé par le scandale du canal de Panama, l'activisme des partisans du général Boulanger et l'agitation autour des lois visant à contrôler l'activité syndicale.

Sadi Carnot prend l'habitude de multiplier les voyages dans les départements, à l'occasion des fêtes consacrées au centenaire de la Révolution et pour étudier les problèmes locaux. Pendant sa présidence, il visite ainsi soixante-treize villes. Ces tournées servent la propagande républicaine. Il reçoit également à Paris, dans un grand banquet, tous les maires de France.

Mais il n'achève pas son septennat. Au cours d'une de ses randonnées en province,alors que Sadi Carnot participe à un repas organisé par la chambre de commerce de Lyon le 24 juin 1894, une foule hostile se presse autour du lieu de la réunion. En tentant d'échapper à ce rassemblement, il emprunte une sortie dérobée où l'attend l'anarchiste italien Sante Geronimo Caserio qui le blesse mortellement. Sa mort entraîne une série de lois visant à réprimer le mouvement anarchiste.

  • CONTEXTE HISTORIQUE

1894 : Le président de la République est assassiné à Lyon le 21 Juin 1894 par l'anarchiste italien Sante Geronimo Caserio. Cet événement provoqua une forte émotion à travers tout le pays. Comme de nombreuses villes de France, Bordeaux décida de célébrer la mémoire de son Président. Dès la mort de Sadi CARNOT, une souscription publique est ouverte par La Gironde et La Petite Gironde. Le 3 décembre, l’architecte J.L. PASCAL est nommé à la réalisation du projet et E. FLANDRAI, architecte municipal, le seconde.

1895 : Le 6 août, le conseil municipal vote la somme de 18 100 francs puis décide d’accorder 10 000 francs supplémentaires. Le ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts accorde une subvention de 7500 francs et le montant de la souscription s’élève à 42 567,87 francs. On confie la réalisation de l’œuvre au sculpteur parisien Louis-Ernest BARRIAS.

Inauguration le 13 septembre 1896

1896 : Inauguration le 13 septembre sous la présidence du garde des sceaux Jean-Baptiste Darlan et de François CARNOT, fils du président Sadi CARNOT.

On notera que le choix de l'emplacement sur la place RICHELIEU (rebaptisée Place Jean JAURES en 1926) ne fait pas l'unanimité, certains reprocheront que "la place manque de profondeur, la perspective est nulle, ce qui rend plus hautes encore les maisons voisines".

Le monument lui-même suscitera des réserves: les détracteurs dénonçant la raideur du personnage, son costume étriqué, et la "table de nuit" sur laquelle il s'appuie...😊

Le plâtre sera détruit sur ordre de BARRIAS la même année.

1941 : Dans le cadre de la mobilisation des métaux non-ferreux pour l’approvisionnement des usines d’armement en cette période de guerre, la loi du 11 octobre 1941 décréta « l’enlèvement des statues et monuments métalliques ne présentant pas d’intérêt artistique ou historique».

La réunion de Commission Départementale eut lieu le 12 Novembre 1941 et dressa la liste des statues qui devaient être fondues... Jacques d’Welles, l’architecte en chef de la ville de l’époque, déclara que « la présence de la statue de Carnot ne correspondait à aucune idée vivante dans l’esprit des bordelais, et qu’elle pouvait disparaître sans regret ».

Le monument a donc disparu dans l’indifférence générale. Le démantèlement de la statue eut lieu le 6 décembre 1941, et fut rachetée au taux alors en vigueur de 30francs le kilo de bronze…

En mars 1945, le maire Jean-Fernand Audeguil envisagea de faire reproduire en pierre les statues disparues, mais pas celle de Carnot, sans doute aussi à cause de la disparition du socle...? A Bordeaux, seulement 5 sur 15 furent réellement restituées...


  • DESCRIPTION (voir l'article de presse juste après pour plus de détails):

Le socle est en granit d’Écosse, dont les blocs numérotés arriveront à Bordeaux par bateau, débarqués juste en face du quai Richelieu. Les 3 statues de bronze viendront de Paris.

Un femme assise, allégorie de L’ "Histoire", tend vers Sadi CARNOT une palme dorée, elle maintient une table en bronze sur laquelle est écrite une phrase extraite du discours qu’il a prononcé lors d’un banquet à Bordeaux le 28 avril 1888.

L’enfant tient un bouquet d’immortelles dans la main droite et pose l’autre main sur un cartouche aux armes de Bordeaux.

Sculpteur:Louis-Ernest Barrias
  • INSCRIPTIONS

Sur la table en bronze : "Je suis ici sur la terre classique de la Liberté et le cœur de la population girondine proteste contre tout ce qui pourrait servir les intérêts ou encourager les espérances des ennemis de la République".

Sur le piédestal : "A CARNOT / PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE/ 1887-1894".

A l’arrière : "Ce monument érigé au moyen d’une souscription populaire avec le concours de l’État, de la ville de Bordeaux, des Conseillers Généraux de la Gironde, des Landes, de la Chambre du Commerce de Bordeaux et d’un très grand nombre de communes du département de la Gironde et de la région a été inauguré le 13 septembre 1896".

  • VUES DU MONUMENT

  • DISPARITION DU MONUMENT

  • REVUE DE PRESSE

(La Petite Gironde 6 août 1895)

.

(La Petite Gironde 22 février 1896)

(La Petite Gironde 29 février 1896)

(La Petite Gironde 14 septembre 1896)


  • M'ENFIN !?

ANECDOTES ET INFORMATIONS ANNEXES

  • L'ASSASSINAT DE "JE-SADI JAMES" PAR LE TRAITRE CASERIO

Marie François Sadi CARNOT était le 4ème président de la IIIe République de 1887 jusqu’à sa mort à l’âge de 57 ans en 1894. Au cours de sa carrière politique il a occupé le poste de préfet du département de la Seine-Inférieure puis a été élu député pour la Côte d’Or à l’Assemblée nationale. Après un passage au ministère des Finances il a été élu à la présidence de la République. Entre autres événements sous son mandat retenons la célébration en 1889 du centenaire de la Révolution, la tenue à Paris en 1889 de l’Exposition Universelle.

Carnot est assassiné à Lyon au mois de juin 1894, victime d’un attentat perpétré par un boulanger anarchiste italien Sante Geronimo Caserio.

Le 24 juin 1894, il tue le président Carnot pendant une cérémonie publique à Lyon en le frappant au foie à l'aide d'un couteau au manche rouge et noir (les couleurs qui symbolisent l'anarchie). Carnot décède quelques heures après. Après cet acte, il n'essaie pas de fuir, mais court autour de la voiture du moribond en criant « Vive l'anarchie ». Il est jugé en cour d'assises les 2 et 3 août. À l'issue de son procès, il est condamné à la peine capitale, et guillotiné le 16 du même mois.

Une plaque commémorative sur le Palais de la Bourse de Lyon et un pavé rouge inséré dans le sol rappellent le lieu de l’attentat ...

  • "SÉNAT" PAS ÉTÉ SA 1ÈRE FOIS... Bis repetita placent ! 😊

On pourra noter qu'avant de se voir confier la réalisation de la statue de Carnot pour Bordeaux, Ernest BARRIAS avait déjà réalisé auparavant un 1er buste du président Sadi CARNOT exposé dans la galerie des Bustes du Sénat.

C'est dans cette galerie que le Sénat décide, sous le Second Empire, de rassembler l'ensemble de sa collection de bustes d'anciens sénateurs et pairs de France.

A partir de 1880, cette collection sera complétée par les grands hommes de la Troisième République.

C'est par cette galerie que le président du Sénat se rend dans l'hémicycle pour l'ouverture de la séance publique.

(Clin d’œil on y trouve aussi un buste de Léon GAMBETTA)

  • LE "CARNOROUSSEL" 😊

29 avril 1888 - Fête organisée à l'occasion des vacances et de la visite du président de la république Sadi Carnot.

> Un Carrousel Militaire donné par le VIe régiment de dragons avec le concours de la Société de Gymnastique et de Tir de Bordeaux. Grand carrousel du 6e hussards sur les Quinconces, à l'occasion de la visite du Président Sadi CARNOT, avec les différentes tenues portées par le régiment depuis sa création.

A la rentrée à Bordeaux, à 1 heure et demie, 21 coups de canon sont tirés, et à 2 heures on est au carrousel donné par le 6e hussards. 100 cavaliers défilent sur la piste, 2 par 2, puis, par un mouvement habile, se rangent en bataille, face à la tribune présidentielle, et, avec un ensemble merveilleux, saluent du sabre M. le Président de la République.

Le carrousel commence. Les figures se succèdent sans interruption : une attaque de flanc, la croix de Malte, la serpentine, les pelotons, etc. Les applaudissements ne sont pas ménagés à ces habiles cavaliers auxquels succèdent quatre quadrilles de douze cavaliers chacun, composés de MM. les officiers et sous-officiers du 6e hussards. C'est le carrousel civil.

L'enthousiasme des spectateurs ne connaît plus de bornes ; c'est un feu roulant et continu de bravos dans toutes les galeries qui augmente à l'aspect des hussards de Lauzun, du premier et du second empire, et de ceux d'aujourd'hui. Des contre-changements de mains, des demi-voltes en sens inverse et renversées, des changements de mains par quadrille, des huit de chiffres, des cercles, des doubles-volets exécutées au galop de manège, avec une précision et un ordre parfaits, sont l'objet de hourras prolongés poussés par 10 000 personnes que ce spectacle empoigne, et qui se termine par des courses de têtes, de bagues, de javelot, au galop de charge.

Après les exercices a lieu la distribution des prix aux vainqueurs. Avant de quitter l'enceinte du carrousel, M. le Président remet les palmes d'officier d'Académie à M. Marot, trésorier du comité d'organisation du carrousel, et à M. de Fonremi, officier de réserve au 6e hussards, qui a dessiné les costumes des hussards de Lauzun, du premier et du second empire.

En arrivant au carrousel, le chef de l'État avait remis les insignes de la Légion d'honneur à MM. Domenech, capitaine au 6e hussards, et Decamp, capitaine au 15e dragons. Au moment où il se retire, M. Carnot reçoit, à titre de souvenir de cette fête, un superbe volume portant ce titre : Historique du 6e hussards. Les officiers remettent également au Chef de l'État, pour Mme Carnot, un magnifique éventail (voir plus bas).

(Procession de Sadi CARNOT Cours de l'intendance)

  • "SADI À QUELQU'UN UN TOUR AU PARC" ? 😊

Le président Sadi Carnot Inaugure le Parc bordelais avec ses jardins à l'anglaise. A l'origine. il s'agit d'un terrain de 28 hectares, dont sept plantés de vignes. En 1864 un groupe d'actionnaires de Caudéran achète l'ensemble pour la somme de 500 000 francs, dans l'intention de créer un jardin d’acclimatation, mais l'entreprise échoue.

La commune de Caudéran accepte de céder le terrain en échange de la création d'un lieu de promenade, le Conseil municipal de Bordeaux acquiert le domaine pour la somme de 345 000 francs, le 15 juillet 1882. Le riche négociant Camille Godard lègue en 1881 une somme importante à la ville de Bordeaux, facilitant ainsi l'achat de cet espace.

Le paysagiste Eugène Bühler élabore un grand parc a l'anglaise traversé par une rivière artificielle. Trois proprietaires MM. Grossin, Marenge, et Despouys, offrent à la mairie les terrains nécessaires à l'ouverture d'une avenue (aujourd’hui Sadi Carnot) entre le boulevard de Caudéran et le parc). En 1887 des grilles de ter forgé bleu et or entourent le jardin.

Le 30 avril 1888 le président de la République Sadi Carnot et le maire Alfred Daney inaugurent le parc embelli d'un lac de 1300 m², d'une grotte pittoresque et d'une large allée circulaire. Cette réalisation respecte l'esprit du bienfaiteur Camille Godard qui souhaitait offrir "la campagne à ceux qui n en ont pas". En 1889 Alfred Daney orne le parc d'un buste en marbre de Camille Godard, œuvre des sculpteurs Jules Rispal et Martin.

Au début du 20e siècle, le Parc bordelais abritait un établissement réservé aux cérémonies de mariage réputé dans toute la région bordelaise. Un café-restaurant permettait également aux promeneurs du parc de s'offrir un instant de détente.

  • 4 STATUES, UN MÊME DESTIN : LA DISPARITION

Sadi CARNOT inaugura également le 27 avril 1888 la statue de la Liberté place Picard (détails sur ce site: ICI) de Bartholdi. Malheureusement cette statue de la Liberté subira exactement le même sort que celle de Sadi CARNOT: Toutes 2 enlevées et fondues pendant la seconde guerre mondiale dans le cadre de la récupération des métaux non ferreux). ☹

L'architecte municipal E. FLANDRAI contribua à la statue de CARNOT, mais également au Monument à Vercingétorix place des Martyrs-de-la-Résistance , qui lui aussi fut fondu dans les mêmes circonstances.

D'autre part, le président Sadi CARNOT nomma chevalier de la Légion d’honneur en 1883 (puis officier en 1889) Jules DALOU: sculpteur de la statue de Léon GAMBETTA jadis sur les Allées Tourny, qui elle, disparut suite à l'aménagement de la place pour la construction du parking sous-terrain.(détails sur ce site: ICI )

En pleine seconde guerre mondiale, dans les années 1941-42, la ville de Bordeaux va perdre bon nombre de ses plus belles œuvres d’arts en bronze, jusqu’alors bien connues et appréciées de tous les bordelais. Parmi celles-ci, les bronzes des fontaines du monument des Girondins, l’occupant allemand ayant décidé de les transformer en canons.

Le vendredi 21 novembre 1941, la presse bordelaise annonce que la commission des Beaux-arts va prochainement trancher la délicate question des statues à livrer aux fondeurs. Vont ainsi disparaître du paysage de notre ville, la statue de Louis XVI au musée de la mairie, celle de Vercingétorix aux allées Damour (Place des martyrs de la Résistance), celle du président Sadi-Carnot place Jean Jaurès, mais encore le buste de Beethoven au Grand-Théâtre et celui du géographe Léo Drouyn au square Saint-André. Au jardin-public sont enlevés les bronzes du botaniste Alexis Millardet, du chimiste Ulysse Gayon, du peintre animalier Carles Vernet et du poète bordelais Léon Valade. La réplique réduite de la statue de la Liberté, donnée par le statuaire Frédéric Bartholdi, installée place Picard, n’y échappera pas et partira elle aussi en chair à canon. Lors de son procès, le maire Adrien Marquet affirmera avoir essayé par ses atermoiements de relativement protéger sa ville des réquisitions de statues.

  • DES "CARNOTFOURS" À TOUS LES COINS DE RUES 😊

En dehors de l'avenue Carnot en face de l'entrée du Parc Bordelais, on trouvait à Bordeaux d'autres lieux nommés "CARNOT" tels que:

> Le "QUAI CARNOT" qui était le quai de Bacalan, sur des plans on trouve la dénomination "cale Carnot" à cet emplacement.

> L' "AVENUE CARNOT" à CENON.

  • DES PROJETS, TOUJOURS DES PROJETS...

En 1881, on peut noter également qu'il y eu un projet (avorté) d'une "fontaine de la Liberté" sur cette même place...

Pour l’anecdote, on notera qu'il y eu bien jadis à Bordeaux une autre fontaine de la Liberté, voir: ici:

https://www.bordeaux-qqoqccp.com/themes/fontaines-de-bordeaux/fontaine-statue-liberte

  • COPYRIGHT & DROITS RÉSERVÉS DE REPRODUCTION DES DONNÉES DE CE SITE:

Le résultat de mes recherches & synthèse des informations, de la construction des sections & mise en forme, et de la découverte des données d'illustrations/photos sur cette statue de CARNOT sont entièrement issus de mon travail personnel. Je cite mes sources ci-dessus 📜.

Néanmoins, conformément aux conditions de Google Sites, le fruit de l'élaboration personnelle de cette page et de ses données ne peut être reproduit sans consultation ni accord préalable. Dans le cas seulement d'un accord de ma part via la rubrique §CONTACT, la réutilisation ne pourra se faire qu'avec citation du lien de ma page en source d'information. Ne faisant moi-même aucun bénéfice financier, aucune exploitation commerciale directe ou indirecte des sources ci-dessus et/ou de mes données propres sur cette page n'est tolérée ⛔️. (LOGO "Bordeaux QQOQCCP": marque déposée). Merci à vous.

La diffusion seule et gratuite du lien de cette page reste bien entendu entièrement libre et encouragée 😉.

> Création de la page & publication: 18 Mai 2017. Posté le même jour sous pseudo "Djé Karl" sur le groupe public Facebook Bordeaux Je Me Souviens: LIEN du post. Cette page est également sauvegardée via l'outil the Wayback Machine, qui peut tracer la date exacte de publication et son contenu, pouvant ainsi attester de toute antériorité des données par rapport à une publication recopiée/reproduite sans accord...